Document sans titre
 

Fil RSS Souscrire au fil RSS

 
 
Loi du 11 février 2005
Présentation
L’Unisda (Union nationale pour l’Insertion Sociale du Déficient Auditif) fédère les principales associations représentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes qui (...)
 
 
Dernière mise à jour :
30 novembre 2016


 

LE PLURALISME DE L’INFORMATION ACCESSIBLE

Communiqué de presse du 11 avril 2007 - Satisfecit de l’Unsida, malgré quelques regrets

Le pluralisme de l’information accessible aux publics de personnes sourdes ou malentendantes
Satisfecit de l’Unisda, malgré quelques regrets

Communiqué de presse du 11 avril 2007

TV et élections - Grâce à la mobilisation des associations, des pouvoirs publics, du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, et des chaînes elles-mêmes, l’information télévisée est davantage accessible aux personnes sourdes ou malentendantes. Désormais, à 13 heures et à 20 heures, 7 jours sur 7, trois chaînes nationales proposent des journaux télévisés sous-titrés en temps réel : TF1, France 2 et M6. Le dimanche midi, ce sont les émissions politiques de M6 et de Canal +, diffusés à la même heure, qui sont sous-titrés et ainsi en concurrence. L’ensemble des programmes liés aux élections sont accessibles sur TF1, France 2, France 3, France 5, M6 et Canal +. Le pluralisme de l’information fait son entrée dans les foyers de personnes sourdes ou malentendantes. Il s’agit d’une mutation profonde et d’un changement d’époque participant à la citoyenneté de tous. La loi du 11 février 2005 prévoyant que ces chaînes devront rendre accessibles la totalité de leurs programmes d’ici 2010, la dynamique est désormais bien engagée. L’Unisda s’en félicite.

Quelques regrets toutefois : toutes les émissions liées à la campagne électorale et à la politique en général ne sont pas encore accessibles alors que rien ne s’y opposait (Par exemple : Sept à huit sur TF1, Un dimanche de campagne sur France 2, le 19/20 de France 3, Arrêt sur images sur France 5, 66 minutes sur M6, les Guignols de Canal +, etc.). Par ailleurs, le recours à la Langue des Signes Française, langue pourtant privilégiée par bon nombre de personnes sourdes, reste à un niveau quasiment nul. Ces mêmes chaînes développent la possibilité de consulter les enregistrements de leurs programmes d’information sur leur site Internet : aucune vidéo n’est aujourd’hui accessible.

Campagne officielle - Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a imposé le sous-titrage des spots des candidats diffusés sur les chaînes publiques dans le cadre de la campagne officielle ; l’Unisda salue cette mesure. Quant à la traduction en Langue des Signes, elle est proposée à titre optionnel aux candidats. Alors que son coût est pris en charge par l’État, il est déplorable que peu de candidats en aient fait le choix. Trop peu de candidats ont pris l’initiative de rendre accessible leur campagne, en prévoyant la transcription écrite simultanée et la traduction en Langue des Signes de leurs meetings, en rendant systématique le sous-titrage et la traduction des nombreuses vidéos qu’ils mettent en ligne sur leurs sites Internet. L’accès à la citoyenneté passe aussi par les efforts des candidats qui sollicitent les suffrages pour s’adresser à l’ensemble des électeurs.

L’Unisda fédère et représente les principales associations représentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes en France. Toutes nos informations sur www.unisda.org et notre FAQ sur http://www.unisda.org/spip.php?article88.

Lire la dépêche AFP, suite à ce communiqué, sur le site du Monde.


 

 

Document sans titre ©2005-2013 - UNISDA - 37-39, rue Saint-Sébastien - 75011 PARIS | Tél. : 01.44.07.22.59 Contacts
Réalisé par Etrecreatif