Document sans titre
 

Fil RSS Souscrire au fil RSS

 
 
Loi du 11 février 2005
Présentation
L’Unisda (Union nationale pour l’Insertion Sociale du Déficient Auditif) fédère les principales associations représentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes qui (...)
 
 
Dernière mise à jour :
11 mai 2017


 

Accessibilité téléphonique : pour un fonctionnement éthique des futurs centres relais

Communication du 15 juillet 2009

Les centres relais téléphoniques des Etats-Unis permettent aux personnes sourdes d’utiliser en temps réel le téléphone 24h/24, grâce à une interprétation vidéo en langue des signes ou une transcription écrite simultanée. Gratuit pour l’usager, ce service est financé par un fonds fédéral abondé par un prélèvement modique sur les factures de tous les abonnés au téléphone, dans une véritable logique d’accessibilité. Plébiscités depuis plusieurs années par les personnes sourdes qui retrouvent ainsi leur autonomie personnelle et professionnelle, ces centres relais doivent répondre à des critères de qualité exigeants.

Or, une enquête du FBI est en cours pour déterminer si des centres relais américains ont fraudé en générant de faux appels pour gonfler leur volume de communications prises en charge par le financement public.

Si cette fraude était confirmée, elle serait condamnable car jetterait le discrédit sur l’ensemble de ce dispositif d’accessibilité qui a fait ses preuves et dont l’utilité dans la vie quotidienne des personnes sourdes est confirmée chaque jour.

À l’heure où le développement de l’accessibilité téléphonique est envisagé en France, l’Unisda souhaite engager une concertation pour qu’un fonctionnement éthique des futurs centres relais soit défini et qu’un usage responsable des budgets qui y seront consacrés soit garanti. Il est essentiel que seul l’intérêt général anime le dispositif et que des garde-fous soient posés pour éviter les dérives qui seraient guidées par des intérêts particuliers.
L’Unisda se rapprochera de l’ensemble des acteurs concernés : opérateurs, régulateur, services et professionnels de l’accessibilité, futurs usagers, et présentera ses propositions aux pouvoirs publics.

Ce souci de responsabilité suppose au préalable que les porteurs de projet d’accessibilité téléphonique présentent eux-mêmes une totale transparence sur les éléments économiques de leur projet et publient régulièrement, comme la loi y oblige toute entreprise française, leur comptabilité de façon transparente auprès du tribunal de commerce (avec une visibilité sur www.infogreffe.fr).

Jérémie Boroy
Président de l’Unisda

Pour rappel : Le président de la République a annoncé le 10 juin 2008 lors de la première conférence nationale du handicap que «  pour que les personnes sourdes ou malentendantes aient accès au téléphone, vont être créés des centres relais qui permettront d’assurer en simultané la traduction des conversations ». Un comité de pilotage interministériel a été mis en place en janvier 2009 pour définir le cahier des charges de la première étape du déploiement des centres relais téléphoniques.

L’Unisda se mobilise depuis plusieurs années pour le développement de l’accès des personnes sourdes ou malentendantes au téléphone par les centres relais. Elle y a consacré son congrès du 23 janvier 2009 pour réunir l’ensemble des acteurs du chantier et faire connaître la définition de l’accessibilité téléphonique et les objectifs de qualité à viser.

Informations sur les centres relais (définition de l’accessibilité téléphonique et objectifs de qualité, vidéos, pratiques étrangères, propositions, déclarations politiques et engagements gouvernementaux, actes du congrès, etc.) :
- http://relaistelephonique.blog.lemo...


 

 

Document sans titre

©2005-2013 - UNISDA - 37-39, rue Saint-Sébastien - 75011 PARIS | Tél. : 01.44.07.22.59 Contacts
Réalisé par Etrecreatif