Document sans titre
 

Fil RSS Souscrire au fil RSS

 
 
Loi du 11 février 2005
Présentation
L’Unisda (Union nationale pour l’Insertion Sociale du Déficient Auditif) fédère les principales associations représentatives des publics de personnes sourdes ou malentendantes qui (...)
 
 
Dernière mise à jour :
11 mai 2017


 


Appel aux candidats à l’élection présidentielle 2012

L’Union Nationale pour l’Insertion Sociale des Déficients Auditifs (UNISDA) et les associations membres interpellent les candidats à l’élection présidentielle :
- en leur communiquant la plateforme de propositions 2012-2014, diffusée depuis quelques jours
- et en leur posant 4 questions.

Leurs réponses seront publiées ici et sur notre page Facebook.

Lien vers la page Facebook "Plateforme de propositions de l’Unisda"

Réponse de Marine Le Pen (FN)

Réponse de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République)

Réponse de Nicolas Sarkozy (UMP)


Paris, le 17 mars 2012

Objet : plateforme de propositions pour une société vraiment accessible pour les personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et leurs familles.

Madame la candidate, Monsieur le candidat,

Nous vous félicitons pour votre candidature à la Présidence de la République. Nous vous remercions pour l’attention que vous consacrerez à notre plateforme de propositions touchant directement 5 millions de personnes. Cette plateforme vient d’être mise en ligne sur notre site Internet ainsi que sur notre réseau social.

Sept ans après l’adoption de la loi du 11 février 2005, nos publics attendent l’application de mesures toujours essentielles. Ces réponses concernent l’accessibilité collective et la compensation individuelle. En effet, quand la surdité prive de l’accès à l’information et à la communication, elle compromet l’épanouissement individuel et social.

Parmi les sujets qui nous tiennent plus particulièrement à cœur, soulignons :

- la scolarisation des jeunes sourds : la loi du 11 février 2005 confie aux parents et aux jeunes sourds la responsabilité et le choix d’un projet linguistique. Ce choix qui s’appuie soit prioritairement sur une communication en langue française, soit sur une communication bilingue (Langue des Signes Française et langue française) s’impose à la communauté éducative. Or le dispositif actuel ne satisfait pas à ces obligations. Il y a en effet des carences de professionnels compétents, tels que les codeurs en Langue française Parlée Complétée (LPC) et de classes bilingues avec des enseignants également diplômés en LSF. La politique actuelle de généralisation du dispositif des PASS (Pôle pour l’Accompagnement à la Scolarisation des jeunes Sourds) ne répond ni aux besoins, ni aux attentes du terrain. Nous rappelons que l’intervention d’AVS et d’assistants de scolarisation n’est en aucun cas adaptée aux jeunes sourds. Le choix du mode de communication, pourtant inscrit dans la loi, n’est toujours pas une réalité, ainsi que l’ont constaté les associations lors de la Journée de Réflexion et de Concertation du 8 décembre 2010.
Paradoxalement, la qualité des projets et du suivi scolaire pour nos enfants régresse.

- l’accès à l’enseignement supérieur : cet accès reste aujourd’hui encore particulièrement difficile pour bon nombre d’étudiants sourds. On déplore une croissante inégalité dans les réponses apportées aux besoins reconnus des étudiants sourds selon les universités.

- l’information et l’accompagnement des parents : les questions du dépistage, de l’annonce de la surdité et du choix éclairé d’un mode de communication doivent faire l’objet d’un chantier interministériel. En effet, nous souhaitons le lancement d’une nouvelle politique publique, en lien avec l’ensemble des acteurs concernés, encourageant un accompagnement sur les premiers mois de l’enfant pour que les parents puissent sereinement effectuer les choix que la loi leur garantit.

- l’accompagnement des personnes devenant sourdes : le dépistage, l’annonce du handicap, la prise en charge somatique et psychologique, y compris de la détresse, doivent faire l’objet d’un suivi spécialisé par des professionnels. Cet accompagnement, outre l’aspect médical nécessite l’intervention d’équipes pluridisciplinaires de professionnels (orthophoniste, ergothérapeute, psychologue,…). Cela permettrait à toutes les personnes devenant malentendantes ou sourdes de valoriser leurs capacités de communication et d’audition, et de réduire ainsi les conséquences psychosociales de la surdité acquise (cf. enquête 2010 sur le site de l’Unisda).

- l’accessibilité : la loi du 11 février 2005 a fait naître de grandes attentes chez nos publics. Elles n’ont pas, à ce jour, été réellement concrétisées en matière de formations des professionnels de la communication, d’accessibilité téléphonique, d’accessibilité aux services publics, d’accessibilité du cadre bâti et d’accessibilité des soins.

o Accessibilité linguistique et professionnels de la communication : le nombre de professionnels de la communication est notoirement insuffisant pour répondre aux besoins. La formation des interprètes en Langue des Signes Française, des codeurs en Langue française Parlée Complétée et des techniciens de l’écrit doit faire l’objet d’un plan national de développement.

o Accessibilité téléphonique : le chantier en cours de « plateforme téléphonique » doit être dynamisé, accéléré et mené à terme dans les délais les plus courts. C’est toute la vie personnelle, sociale et professionnelle de nos publics qui est perturbée par l’obstacle du téléphone.

o Accessibilité des services publics : la mise en place d’un accueil accessible dans les administrations a pris un retard considérable.
Le numéro 114, sous sa forme SMS et Fax pour les « appels d’urgence » mis en place depuis septembre 2011, ne répond pas encore à tous les besoins et doit entrer au plus vite dans sa deuxième phase, à savoir un accès en LSF et transcription écrite en direct.

o Accessibilité du cadre bâti et des transports : les communications sonores doivent être doublées d’une communication visuelle afin d’assurer la sécurité et une réelle autonomie en toutes circonstances.

o Accessibilité des soins : les démarches actuelles pour la prise en compte des besoins somatiques et de santé mentale des personnes sourdes doivent aboutir pour une égalité de traitement sur le territoire.

Tels sont les sujets qui représentent les fondamentaux de notre action associative aux niveaux nationaux et locaux.

D’autres thèmes, non développés ici, complètent ces demandes : compensation, vie professionnelle, détresse psychologique et santé, télévision et culture, image et représentation du handicap, les personnes âgées sourdes, malentendantes, devenues sourdes. Ils sont disponibles sur notre plateforme : http://www.unisda.org/spip.php?article480.

Dans ce contexte, nous vous interpellons pour répondre à ces quelques questions :

1) Quelle politique éducative et scolaire souhaitez-vous mettre en place pour nos enfants sourds de la maternelle à la formation professionnelle ou aux études supérieures ?

2) Que proposez-vous pour l’information et l’accompagnement des parents découvrant la surdité de leur enfant et des personnes devenant sourdes ?

3) Serez-vous le Président de l’accessibilité téléphonique ?

4) Comment envisagez-vous de rendre la société pleinement accessible aux personnes sourdes ou malentendantes à l’horizon 2015 ?

Nous sommes persuadés que vous aurez à cœur de répondre aux interrogations des adhérents de toutes nos associations, et nous vous en remercions.

Restant à votre disposition pour tout complément d’échange ou d’information, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de toute notre considération.

Cédric Lorant
Président de l’UNISDA

Clémentine Vié
Présidente de l’AFIDEO

Matthieu Clavier
Président de l’ALPC

Didier Voïta
Président de la Fédération ANPEDA

Henri Faivre
Président du CLAPEAHA

René Bruneau
Président du MDSF

Ginette Marlin
Présidente de Société Centrale


 

Téléchargez le PDF
Réponse - Marine Le Pen
 
Réponse - Nicolas Dupont Aignan
 
Réponse - Nicolas Sarkozy
 
Document sans titre

©2005-2013 - UNISDA - 37-39, rue Saint-Sébastien - 75011 PARIS | Tél. : 01.44.07.22.59 Contacts
Réalisé par Etrecreatif